Comment gérer l’intermittence des courants marins ?

 L’énergie des courants marins, valorisable grâce à des hydroliennes immergées, présente un enjeu majeur en Bretagne, en étant à la fois non délocalisable, renouvelable et prédictible. Cependant, elle est aussi intermittente, avec des étales de marée et des périodes de mortes-eaux. Dans certains cas, des solutions de stockage sont donc à envisager.
Cet aspect sera ainsi approfondi dans le cadre d’un projet de ferme-pilote de quatre hydroliennes, actuellement en préparation au large de l’île d’Ouessant. Porté par l’entreprise quimpéroise Sabella et un énergéticien, en réponse à un Appel à Manifestations d’Intérêt de l’ADEME (s’étant clôturé fin avril), ce projet devrait aboutir à une mise en service en 2017. Pour effacer les périodes de faibles courants marins, il est prévu que les machines, cumulant une puissance nominale de 4 MW, soit 8 MW en crête, soient couplées à des batteries « lithium-ion ». En raccordement avec le réseau électrique de l’île, un tel dispositif permettrait d’y diviser par trois les consommations de fioul de la centrale électrique existante.

 

Source : Sabella