Sources « Chiffres clef de l’énergie – édition 2013 »

 1er volet : Maîtriser la demande en électricité en divisant par 2, puis 3, la croissance de la consommation
Réduire les consommations d’électricité constitue la priorité des priorités.
Pour ce faire, la Bretagne s’appuie sur les territoires qui développent des « Boucles énergétiques locales », permettant d’ajuster la consommation, de produire localement, voire de stocker les énergies.
Le réseau des Espaces Info Energie couvre désormais l’ensemble du territoire, afin de conseillers les particuliers sur leurs projets.
En 2012, année plus froide que les précédentes, la consommation d’électricité a augmenté de 4,2 % par rapport à 2011, mais une fois ces effets climatiques lissés, la consommation est stable entre 2011 et 2012 (+ 0,1%).

2e volet : porter à 3 600 MW la production d’électricité renouvelable d’ici 2020

La production d’énergies renouvelables a atteint 6 308 GWh en 2012, soit 12 % de plus qu’en 2011.
Malgré les incertitudes réglementaires et législatives qui ont freiné les projets éoliens et photovoltaïques, la hausse des installations se poursuit. Ainsi, la Bretagne comptait fin 2012 plus de
15 000 installations de production d’électricité, représentant 11,4 % de la consommation bretonne (contre 5,6 % en 2000).
Les parcs éoliens terrestres constituent la première source de production d’électricité en Bretagne. Selon France Energies Eoliennes, cela correspond à l’alimentation de plus de 273 000 foyers. Il y a quelques semaines, la Région s’est particulièrement réjouie de voir aboutir la construction du premier parc éolien citoyen de France, à Béganne, au sud de l’Ille-et-Vilaine ; un projet qu’elle a soutenu et qui sera inauguré en juin.

3e volet : sécuriser l’approvisionnement en électricité

Les procédures réglementaires relatives à la construction de la centrale à gaz de Landivisiau se poursuivent, afin que celle-ci soit opérationnelle fin 2016.
Les énergies renouvelables nécessitent par ailleurs de transformer le réseau conçu pour distribuer une électricité issue de gros centres de production, et non d’une multitude de productions locales et intermittentes. Pour adapter le réseau, les acteurs économiques ont élaboré une feuille de route pour le déploiement d’une filière des smart-grids, qui sera mise en œuvre dès cette année.
Enfin, le dispositif EcoWatt qui envoie des alertes en cas de surcharge du réseau électrique, lors des pointes hivernales, a dépassé cet hiver les 52 000 abonnés.

Où en sommes nous ?

Evaluer le Pacte électrique
Les services de l’Etat et le Conseil régional ont commandé une mission d’évaluation du Pacte électrique breton, lancé fin 2010, pour déterminer l’adéquation entre les actions mises en place et les objectifs poursuivis.
Les premiers résultats ont été présentés à la Conférence bretonne de l’énergie, instance de concertation réunissant l’ensemble des acteurs concernés, en novembre 2013. Ils nous enseignent que les objectifs du Pacte ne sont ni obsolètes, ni modestes mais qu’ils requièrent un effort soutenu de la part des entreprises, des citoyens, des acteurs institutionnels car, à trajectoire identique, la Bretagne n’atteindra seulement que 2/3 de ses objectifs de maîtrise de la demande en énergie en 2020.
Néanmoins, compte-tenu des efforts de sécurisation du réseau et de développement des énergies renouvelables, un équilibre entre offre et demande pourrait être atteint d’ici 2020.

De nouveaux objectifs avec le SRCAE, schéma régional climat, air, énergie :

Ces objectifs partagés, clairs et ambitieux à horizon 2020 viennent en appui des enjeux du PEB :

  • diminuer de 17% nos émissions de gaz à effet de serre ;

  • réduire notre consommation énergétique de 26%;

  • multiplier par 2,5 la production d’énergies renouvelables.

Le SRCAE traduit le passage d’un pacte électrique à un pacte énergétique breton.
Ainsi, et en cohérence avec les engagements inscrits dans le Pacte d’avenir, le développement de la méthanisation comme moyen de valorisation des ressources locales est encouragé. Pour parvenir à la création de 25 à 30 nouveaux méthaniseurs à la ferme tous les ans, la Bretagne a obtenu avec d’autres Régions une expérimentation pour simplifier et raccourcir les procédures d’installation de ces unités agricoles.

De manière générale, le Pacte électrique était en 2010 une réponse à un enjeu de sécurisation électrique. Désormais, à travers le SRCAE, la Région et ses partenaires ont enclenché une dynamique plus large de transition vers une économie et une société bretonnes bas-carbone, pour lutter contre le changement climatique.
Pour le Conseil régional, la transition énergétique est désormais un enjeu transversal qui irrigue l’ensemble de ses politiques publiques. En 2012, 274 M€, soit près du quart du budget régional, ont été fléchés pour contribuer à la lutte contre le changement climatique. Toutes nos compétences sont mobilisées : les transports alternatifs à la voiture comme la rénovation des lycées.

Les priorités
Le bâtiment est le premier poste de consommation d’énergie en Bretagne. Par ailleurs, disposer d’un habitat sain et économe, adapté aux usages d’aujourd’hui est une priorité pour le Conseil régional. C’est pourquoi été lancé le Plan bâtiment durable breton, en concertation avec toutes les parties prenantes, qui vise à relever le défi des 45 000 rénovations par an à atteindre d’ici 2020. Cela représente a minima 15 000 emplois. Toute la filière du bâtiment se mobilise pour être aux avant-postes de la transition énergétique de l’économie bretonne.
Les énergies marines représentent une filière industrielle d’avenir, dans laquelle entreprises et collectivités bretonnes s’engagent. Eolien offshore dans la baie de Saint-Brieuc, houlomoteur en baie d’Audierne, hydrolien au large de Paimpol et dans le Fromveur, éolien flottant à Groix… Les projets se multiplient et prennent sens pour construire une industrie innovante capable de répondre, à terme, à des marchés internationaux.
S’approprier davantage l’enjeu énergétique est un objectif majeur, présent dans tous les projets. A travers la Conférence bretonne de l’énergie, mais en prenant également appui sur l’ensemble des collectivités, la Région souhaite informer, sensibiliser et aider les Bretons à s’emparer des enjeux climatiques et énergétiques. Cette appropriation citoyenne est absolument essentielle pour réussir le pari de la transition énergétique.

Source  » Chiffres clés de l’énergie – ed 2013