La prévention des risques inondations à Quimperlé

 

Depuis les dernières inondations quels sont les moyens mis en place pour lutter ?

Le Plan Communal de Sauvegarde et le DICRIM de Quimperlé ont été entièrement revu et mis à jour par la Ville en 2014. Les locaux ont été optimisés et sont aujourd’hui adaptés pour accueillir le Poste de Commandement Communal (PCC) si besoin, et 3 agents sont formés à la prévention du risque inondation : surveillance des phénomènes, déclenchement du Plan Communal de Sauvegarde, déclenchement de l’alerte téléphonique, …

La Ville s’est également équipée d’un nouveau système d’alerte téléphonique « Inforisques » plus performant. Une mise à jour des contacts de l’ensemble des riverains inscris au système d’alerte a été effectuée, ainsi qu’un test grandeur nature de ce système d’alerte le samedi 5 décembre 2015. 

Pouvez-vous nous décrire votre programme d’actions de prévention des inondations (PAPI) ?

Notre projet de programme d’action est en cours d’instruction par les services de l’Etat et devrait prochainement être transmis au Préfet Coordinateur du Bassin Loire-Bretagne pour sollicitation de l’avis de la Commission Inondation Plan Loire (CIPL). Nous espérons aboutir à une labellisation du PAPI au cours du 1er trimestre 2016, afin de pouvoir se lancer dans la phase de mise en œuvre.

Ce programme définit 41 actions à réaliser par le SMEIL et la Ville de Quimperlé entre 2016 et 2021.

L’effort est porté sur la sensibilisation et la culture du risque inondation, la réduction de la vulnérabilité, et la réalisation des études préalables aux quelques travaux d’ores et déjà identifiés.

Parmi les actions identifiées dans le PAPI nous pouvons citer :

–          Mise en place d’un démonstrateur des techniques de réduction de la vulnérabilité (batardeaux, clapets anti-retour, pompe, …) ;

–          Mise en place d’une chaîne d’observateur de crue à l’échelle du bassin versant ;

–          Inventorier et étudier la fonctionnalité et les possibilités d’optimisation des zones d’expansion des crue ;

–          Rehausser, prolonger les barrières anti-inondation du Quai Brizeux à Quimperlé ;

 

Ce programme d’action est chiffré à environ 800 000 euros. Les co-financeurs sont l’Etat et le Conseil départemental du Finistère, qui complètent la participation des maitres d’ouvrages que sont le SMEIL et la Ville de Quimperlé.

Selon les résultats des études à venir, des actions complémentaires pour la réalisation de travaux pourront être ajoutées (optimisation de zones d’expansion de crues, suppression de remblais en lit majeur, mise en place de protections rapprochées autour d’enjeux situés en zone inondable).

 

Comment sont gérés, aménagés les bassins versants ?

Le Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) défini les enjeux prioritaires et de nombreuses préconisations pour atteindre l’objectif de bon état écologique des cours d’eau mais également de réduction du risque inondation.

Le Syndicat Mixte Ellé-Isole-Laïta (SMEIL) porte le SAGE et le projet de PAPI à l’échelle du bassin versant.

Plusieurs actions de type restauration de zones humides ou de sensibilisation au risque inondation sont aujourd’hui réalisées par le SMEIL (http://www.smeil.fr/).

 

Quimperlé Communauté et Roi Morvan Communauté mettent également en œuvre des actions sur leur territoire, portant notamment sur l’entretien des cours d’eau ou la restauration de haies (programme européen Breizh bocage).

D’autres partenaires comme les Fédérations de Pêche peuvent également intervenir sur des actions du type « reméandrage de cours d’eau » par exemple, qui contribuent à ralentir les écoulements, comme c’est actuellement le cas côté Morbihan sur l’Ellé à Langonnet.