Valeur énergie Bretagne n°20
13. septembre 2017 · Commentaires fermés sur Avenir Voirie, Une ville agréable, fonctionnelle et sûre, grâce au mobilier urbain · Catégories: Actualités, Aménagement, Aménagement urbain, Publireportage

Privilégier des solutions pérennes, moins coûteuses à long terme

Plus »

26. janvier 2017 · Commentaires fermés sur mobilier urbain écologique, du plastique durable dans tous les sens du terme · Catégories: Actualités, Aménagement, Aménagement urbain, Mobilier urbain, Urbanisme, Urbanisme

Logo

 Des bancs fabriqués à partir de 2 500 bouteilles recyclées, conciliant solidité et entretien facilité

Pascal Rousseau, Gérant d’Espace Urbain

 « Les collectivités locales sont venues au plastique recyclé pour des raisons pragmatiques, puisque ce matériau est résistant et imputrescible »

Plus »

28. septembre 2016 · Commentaires fermés sur Nathis aire de jeux Bretagne · Catégories: Actualités, Aménagement, Aménagement urbain, Mobilier urbain

La société NATHIS , située à Quimper est spécialisée dans la fourniture et l’installation de matériels sportifs, d’aires de jeux et de mobilier urbain depuis 10 ans. Elle intervient sur l’ensemble de la Bretagne.

Forts de cette expérience de terrain, nous vous accompagnons et vous conseillons pour la réalisation de vos projets de restructuration et d’aménagement. Plus »

28. septembre 2016 · Commentaires fermés sur Nathis · Catégories: Actualités, Aménagement, Aménagement urbain, Mobilier urbain

Le carrefour des communes du Finistère se tiendra les 6 et 7 octobre prochains au Quartz-congrès à Brest.

Nous serons très heureux de vous acceuillir sur notre stand E02 où vous pourrez découvrir toutes les nouveautés………

N’hésitez pas à vous inscrire, c’est gratuit!
inscription-ccf.amf29.asso.fr

21. juin 2016 · Commentaires fermés sur Nathis : Mobilier urbain : l’essor des gammes « durables » · Catégories: Aménagement, Aménagement urbain, Mobilier urbain, Publireportage

Nathis : Mobilier urbain Mobilier urbain : l’essor des gammes « durables »

Des produits recyclés pour des économies à l’achat et à l’entretien

Interview auprès de Nathalie Olivier, Gérante de la Société Nathis à QUIMPER Plus »

26. janvier 2015 · Commentaires fermés sur Végétalisation du bâti : des enjeux environnementaux, sociaux et économiques · Catégories: Actualités, Aménagement, Toiture végétalisée, Végétale

 

Logo_liaison_vegetale_documents_administratifs

La notion de « coefficient d’emprise végétale » s’affirme aujourd’hui dans les projets d’aménagement durables

 Christophe Huisse, Directeur de Liaison Végétale

 

Avec la végétalisation du bâti – pouvant concerner les toitures, les façades ou les clôtures – la minéralisation des sols et des espaces urbanisés devrait s’amenuiser…. Aujourd’hui, des opérations d’aménagement (liées aux PLU, SCOT, charte…) intègrent ainsi des « coefficients d’emprise végétale », fixant un ratio d’espaces verts minimums à intégrer dans la conception du projet. Et un tel coefficient n’est pas sans importance, puisque les emprises végétalisées répondent à de nombreux enjeux de société, au-delà de leurs seules fonctions récréatives, de détentes ou de loisirs. Plus »

22. janvier 2015 · Commentaires fermés sur Aménagements routiers : des solutions durables qui ne demandent qu’à être mobilisées · Catégories: Actualités, Aménagement, Aménagement routier, BTP

 

Aménagements routiers : des solutions durables

Les travaux publics misent sur le recyclage du bitume et les économies d’énergie pour répondre aux enjeux environnementaux

Claude Boussard, Directeur régional de Colas Bretagne, et Bernard Mahé, Directeur technique de Colas Centre-Ouest Plus »

ROXEM® PLUS QUE JAMAIS DANS LA COURSE
Communiqué de presse

Patrick GERNIGON, applicateur et responsable formation de Stylroc a réalisé le meilleur temps pour reproduire le logotype des 24H du Mans en ROXEM® à l’entrée des tribunes du circuit mythique. Une réalisation qui demandait une parfaite maîtrise des masques et des caches et qui illustre que ROXEM® ne s’applique pas qu’aux formes de pavés. Prêt pour de nouvelles réalisations ?

Plus d’info ici

  Plus »

  Plus »

16. janvier 2014 · Commentaires fermés sur Etudes Environnement : Assainissement non collectif : une conception, pas à pas… · Catégories: Actualités, Aménagement, assainissement, Assainissement non collectif, Bureaux d'études, cabinet de conseil, Environnement

Plus »

15. janvier 2014 · Commentaires fermés sur Nidaplast : Quelles solutions pour contrer les effets de l’imperméabilisation des sols, en milieu urbain ? · Catégories: Actualités, Aménagement, Gestion de l'eau

Plus »

09. octobre 2012 · Commentaires fermés sur STYLROC CONCEPT – ROXEM · Catégories: Actualités, Aménagement, Voirie

STYLROC – ROXEM

Un revêtement de voirie économique et durable ?

Roxem permet la mise en œuvre d’aménagements urbains où la créativité n’est pas bridée par des contraintes budgétaires ou techniques

Paul Gavard, Directeur de Stylroc
Au moment de choisir la nature d’un revêtement de surface, l’aménageur d’une voirie doit souvent faire glisser le curseur entre rendu visuel et durabilité dans le temps. Par exemple, un pavage répond au premier critère mais peut présenter des soucis en termes de tenue quand il est soumis à une circulation intense. Il existe cependant des solutions qui permettent la prise en compte de ces deux impératifs, comme Roxem, un mortier coulé sur la voie et imitant un pavage ou un dallage, avec un rendu en pierre naturelle, béton ou granite.
« Au cours de 30 ans passés dans le BTP, j’ai fréquemment été confronté aux problèmes de déchaussement de pavés et de dégradation des joints, causés par le passage de véhicules, explique Paul Gavard. L’idée a donc germé de proposer une solution qui permette aux aménageurs de réaliser des opérations où la créativité ne soit pas bridée par des contraintes budgétaires ou techniques. Pour cela, notre équipe a développé Roxem. Il s’agit d’une pâte à base de liant hydraulique, de charges minérales et d’additifs de synthèse se posant sur une trame en faible épaisseur et qui offre de nombreux avantages. En premier lieu, elle permet de réduire les coûts de chantier entre 90 et 110 €/m2, contre 150 à 200 €/m2 pour un pavage classique. De plus, il n’y pas de traitement à prévoir contre les herbes au niveau des joints, cela fait moins de désherbant dans la nature ».
D’ailleurs, Roxem présente une longue liste d’atouts pour inscrire un projet d’aménagement urbain dans une démarche de développement durable : c’est un produit économe en énergie et en ressources naturelles (9 kg/m2). Il est également recyclable et non toxique (sans phtalates, COV ou résines méthacrylates). De plus, il permet d’optimiser la logistique, un camion pouvant transporter l’équivalent de 2 000 m2 de voirie, contre 150 m2 avec le pavé. « Conçu en France par Stylroc, Roxem présente aussi des avantages sur le plan social. En effet, sa mise en œuvre ne nécessitant pas de manipuler de lourdes charges, il permet de lutter contre les troubles musculo-squelettiques qui constituent un problème majeur dans le BTP ».

Nils Bruder / Pour valeur énergie Bretagne
26. septembre 2012 · Commentaires fermés sur GOLFE BOIS · Catégories: Actualités, Aménagement, Bois, Bureaux d'études

Comment réaliser des aménagements « bois » toujours plus éco-responsables ?

Il est possible de mettre en œuvre des essences locales et non traitées et issues de fabrication française

Xavier Le Baron, négociant en bois et paysagiste chez Golfe Bois
De plus en plus de maîtres d’ouvrage privilégient le bois pour l’aménagement d’espaces naturels ou la réalisation de bardages. Un choix souvent fondé sur le souhait d’utiliser un matériau sain, naturel, renouvelable et recyclable. En premier lieu, une sélection responsable du paysagiste passe par la certification PEFC de ses fournisseurs, label qui authentifie la gestion durable des forêts exploitées. En poussant l’exigence au cran au-dessus, il est aussi préférable de favoriser les prestataires travaillant avec des bois originaires du Grand Ouest, cela évite des transports inutiles et permet ainsi d’améliorer le bilan carbone de l’opération. Enfin, il reste un autre critère important : utiliser des bois non traités, en optant pour des essences comme le chêne, l’acacia ou le châtaignier.
« Il est possible de mettre en œuvre des bois nobles, d’autant que selon les utilisations, un traitement autoclave n’est pas toujours efficace, précise Xavier Le Baron. Par exemple, lorsque vous mettez en place une clôture ou une passerelle, il est fréquent de couper les poteaux utilisés. Dans ce cas, les sections mises à jour ne sont plus protégées contre l’eau et le bois pourrira rapidement. Ce risque n’existe pas avec du chêne ou du châtaignier qui présente une bonne durabilité naturelle, grâce à de fortes teneurs en tannins. De plus, avec du bois non traité, les résidus produits sur le chantier ne déchargent aucune particule chimique dans le milieu naturel. Toutes ces vertus sont de mieux en mieux cernées par les collectivités locales et les particuliers, chez qui nous percevons un intérêt grandissant pour ce que nous appelons « l’aménagement au naturel ». D’ailleurs, nous constatons une réelle attente de conseils techniques chez nos clients au sujet des bois de pays que nous distribuons ou installons ».

Propos recuiellis par Nils Bruder
Valeurenergie.com
26. septembre 2012 · Commentaires fermés sur ouest amenagement · Catégories: Actualités, Aménagement, Architecture, Bureaux d'études, cabinet de conseil, Territoire, Urbanisme, Urbanisme

ouest am’
les métiers de l’aménagement durable évoluent vers plus de transversalité

La prise en compte des exigences environnementales dans la conception d’un projet se traduit par une nouvelle doctrine : Éviter, Réduire, Compenser

Natacha Blanc-Marteau, PDG de Ouest-Aménagement
Sous l’impulsion du Grenelle de l’environnement, les exigences de développement durable sont davantage prises en compte, dans la conception d’un projet d’aménagement. « Dans les faits,cela se traduit par une nouvelle doctrine, expose Natacha Blanc-Marteau : Éviter, Réduire, Compenser. En tant que bureau d’études, nous sommes parfois amenés à conseiller à un maître d’ouvrage d’éviter tel site, dès l’amont du projet, pour éviter des atteintes environnementales. S’il n’y a pas d’alternative possible, nous élaborons des solutions pour limiter au maximum la portée de ces atteintes. Enfin, en cas d’impacts résiduels, nous proposons des mesures de compensation, comme la recréation de zones humides que nous avons étudiée sur la LGV Rennes-Le Mans ».
L’émergence de la doctrine « ERC » va profondément modifier la pratique professionnelle des spécialistes en aménagement durable. « Aujourd’hui, nos trois métiers – l’urbaniste, l’expert en eau et celui en environnement – s’entrecroisent pour avoir une approche transversale d’un projet. Nous constatons ce décloisonnement aussi bien chez Ouest Am’, qui intervient à l’échelle globale d’un projet, qu’à d’autres niveaux : par exemple, un architecte ne peut plus travailler indépendamment des environnementalistes ou des énergéticiens. Bien entendu, il est aussi essentiel d’accompagner les maîtres d’ouvrage, à l’heure où la réglementation qui vise à préserver les espaces naturels et la biodiversité devient de plus en plus complexe. Cela passe par une expertise, un suivi des projets réalisés ou une assistance pour monter un dossier de subventions, comme le dispositif breton Eco-FAUR. Mais l’intervention d’un bureau d’études ne saurait se réduire à la seule mise en conformité d’un projet aux textes de loi. En effet, la formation occupe également une part croissante de notre action, parce qu’un maître d’ouvrage doit connaître les nombreux services que rendent les espaces naturels, pour pouvoir prendre conscience des enjeux environnementaux portés par un projet d’aménagement ».

Propos recuiellis par Nils Bruder
Valeurenergie.com

 

La performance énergétique passe aussi par la concertation

Notre approche pédagogique et participative facilite l’intégration de l’efficacité énergétique très en amont du processus de conception

Olivier Guillemot, gérant de Polenn / Murielle Douté, responsable du pôle « Energie et Urbanisme
La question énergétique constitue aujourd’hui un aspect incontournable de toute opération d’aménagement urbain. D’autant plus que depuis 2009, toute opération d’aménagement nécessitant une étude d’impact doit faire l’objet d’une étude de faisabilité sur le potentiel de développement en énergies renouvelables. Si cette étude  repose sur une expertise technique pointue, les premiers retours d’expérience mettent en évidence l’opportunité qu’elle représente de sensibiliser les acteurs de l’aménagement à la problématique énergétique. Un volet de concertation et de sensibilisation voire de co-construction, organisé très en amont dans la conception d’un projet, apporte une plu-value qualitative indéniable à la conception de ces futurs quartiers.
« Un bureau d’études en performance énergétique ne fait pas uniquement du calcul thermique, confirme Olivier Guillemot. En effet, à chacune de ses missions, Polenn s’attache également à expliquer aux différents acteurs les enjeux de la sobriété énergétique et de l’usage des énergies renouvelables : élus, techniciens, aménageurs mais aussi riverains et futurs habitants de ces nouveaux quartiers. L’approche pédagogique que nous défendons s’explique aussi par le fait que les habitudes de travail des aménageurs sont parfois bousculées : par exemple, jusqu’à présent, un quartier pouvait s’organiser principalement autour de la voirie. La conception bioclimatique peut supposer désormais de réfléchir à l’orientation des futurs bâtiments, avant même d’avoir élaboré le plan des rues ». Cette approche « sur mesure » et participative permet aujourd’hui à Polenn d’être missionné sur une ZAC à énergie positive, de quelque 400 logements sur 16 ha, en création à Ploemeur dans le Morbihan. « L’opération, dont les premières études démarrent, intègre notamment une production délocalisée d’énergie, une caractéristique qui prend tout son sens en Bretagne, région qui connaît des problèmes récurrents d’alimentation en électricité. Mais avant de nous pencher sur cette problématique, nous mettrons prioritairement l’accent sur la maîtrise de la demande énergétique, avec des réponses adaptées au contexte local, étant bien entendu que l’énergie ayant le moindre impact environnemental est celle qui n’est pas consommée ». Comme dans tout projet, le bureau d’étude est force de proposition, la prise de décision finale revient aux maîtres d’ouvrage : élu, promoteur, aménageur et même particulier. « Nous leur apportons les clés pour que leurs choix favorisent la sobriété énergétique et le recours aux énergies renouvelables si possible locales. »

Propos recuiellis par Nils Bruder
Valeurenergie.com
11. juillet 2012 · Commentaires fermés sur ACTION NATURE BATIMENT · Catégories: Actualités, Aménagement, Bureaux d'études, isolation

ANB: L’isolation à partir de solutions biosourcées est-elle aussi efficace que la mise en œuvre de produits conventionnels ?

« L’hiver dernier, une maison neuve, construite et isolée par nos soins, a été chauffée avec un demi-stère de bois ! »
Franck Robidou, Chargé d’affaires chez Action Nature Bâtiment
L’isolation à partir de matériaux biosourcés (laine ou fibre de bois, ouate de cellulose) intéresse de plus en plus de maîtres d’ouvrage. Cependant, est-elle aussi efficace que la mise en œuvre de produits conventionnels (laine de roche ou de verre, polystyrène) ? Pour
Franck Robidou, les solutions naturelles ont de gros atouts à faire valoir.
«
Tout d’abord, les matériaux biosourcés se distinguent par leur perméabilité à la vapeur d’eau, ce qui assure des pièces saines à vivre. Il s’agit d’une propriété primordiale dans la rénovation où l’on voit encore trop souvent des murs respirants rendus étanches par le polystyrène. Il est alors nécessaire de poser une VMC, voire de laisser une lame d’air entre l’isolant et le mur. Les produits naturels peuvent également s’adapter à tous les supports préexistants, en gardant l’aspect d’origine du bâtiment, grâce à des enduits ou des bardages. Dans le cadre d’une utilisation intérieure, ils offrent enfin l’avantage d’être sans solvants, ni composés organiques volatiles ».
En termes de performances intrinsèques, les isolants « bios » présentent des résultats similaires à ceux des matériaux classiques. ANB a ainsi participé à une rénovation complète d’une maison bretonne qui consommait 575 kWh/m
2/an. « Depuis les travaux, finalisés en 2010, la consommation n’est plus que de 75 kWh/m2/an, ce qui correspond au BBC en rénovation. Plus récemment, nous avons été missionnés sur une construction neuve et, l’hiver dernier, les occupants y ont assuré le chauffage avec un demi-stère de bois ! Nous proposons par ailleurs des maisons à ossature-bois, dont les performances vont au-delà du BBC et au moins jusqu’au passif ».
Au-delà de leur plus-value sur le plan énergétique, les isolants naturels s’avèrent aussi être une solution idéale pour la correction acoustique, «
avec des gains pouvant atteindre 72 dB ». Ce qui peut en faire une réponse doublement indiquée dans le cadre de rénovation d’immeubles anciens ou de grands ensembles sociaux.
ANB
11 Za des Eglantiers
56700 MERLEVENEZ
02 97 02 61 47

Propos recueillis par Nils Bruder

10. juillet 2012 · Commentaires fermés sur JMP MENUISERIE · Catégories: Actualités, Aménagement, Charpente

 

Ces artisans qui abandonnent le marché de la construction traditionnelle pour se consacrer exclusivement à l’ossature-bois…

« Depuis trois ans, la demande s’est fortement accélérée, à tel point que nous avons arrêté la menuiserie traditionnelle »
Jean-Marc
Pasco, gérant
Signe que l’ossature-bois se porte bien en Bretagne, certains artisans abandonnent la construction traditionnelle pour s’y consacrer exclusivement. C’est le cas de JMP Menuiserie, par exemple. «
Nous avons construit une première vague de maisons en ossature-bois au début des années 1980, se rappelle Jean-Marc Pasco. C’est à ce moment que nos équipes ont, en partie, acquis l’expérience nous permettant de répondre à la demande actuelle qui s’est fortement accélérée, ces trois dernières années, à tel point que nous avons arrêté la menuiserie traditionnelle ».
Aujourd’hui
, la société conçoit entre dix et quinze maisons par an en assurant les études, la préfabrication des éléments en atelier et leur mise en œuvre sur site. « La prise en charge globale d’un projet avec la réalisation des murs, de la toiture et des menuiseries nous permet de garantir la cohérence de l’enveloppe thermique. En y ajoutant la ouate de cellulose, insufflée dans les murs et la toiture, on obtient une excellente isolation. Grâce à tout cela, nos maisons répondent aux exigences BBC ». Des performances accessibles à tous, dans la mesure où JMP Menuiserie ajuste chaque projet aux demandes du maître d’ouvrage. « Contrairement à des collègues entrés dans une production industrialisée, nous ne construisons jamais deux maisons identiques. Cette approche sur-mesure permet notamment d’ajuster nos prestations aux plus petits budgets, avec notamment la possibilité de laisser une part de travail à la charge du client ».
L’expérience
de JMP Menuiserie peut également être mobilisée dans le cadre d’extensions de bâtiment. « Il n’est pas toujours simple de revendre une maison. Le bois s’avère alors la solution idéale pour trouver plus grand, tout en évitant les gros travaux de maçonnerie. Les nouvelles pièces sont très agréables à vivre et sur un plan esthétique, le bois s’adapte à tout type d’architecture ». En répondant aux marchés du neuf et de l’ancien, nul doute que le bois devrait encore conquérir de nouveaux artisans…

Propos recueillis par Nils Bruder

09. juillet 2012 · Commentaires fermés sur S.I.O SARL · Catégories: Actualités, Aménagement, Bureaux d'études, Performance énergétique

La problématique de la performance énergétique est récente et les collectivités locales n’ont pas toujours les compétences en interne sur le sujet

« L’expertise d’un consultant peut permettre d’approfondir une solution que les techniciens territoriaux n’ont pas eu l’occasion de traiter auparavant »
Dominique Huchet
, Ingénieur Généraliste, Gérant de SIO
À l’heure où la RT 2012 se met en place, les objectifs de performance énergétique sont d’ores et déjà bien ancrés dans les projets des collectivités locales bretonnes. « Les acteurs publics du Grand Ouest sont moteurs sur les problématiques environnementales en général et sur l’éco-construction en particulier, constate Clément Lebedel, Ingénieur énergéticien chez SIO. Pour autant, il s’agit de thématiques récentes que les techniciens territoriaux – qui présentent souvent un profil généraliste – n’ont pas toujours eu l’occasion de traiter auparavant. L’expertise d’un consultant extérieur peut donc être nécessaire pour approfondir une solution inédite, comme SIO l’a fait durant la construction du siège HQE de Vannes Agglo avec, par exemple, une étude comparative de solutions de ventilation ayant débouché sur un des premiers puits canadiens de Bretagne. Sur cette mission, notre rôle de maître d’œuvre est allé bien au-delà de son rôle de co-traitant de Maîtrise d’oeuvre, en proposant à l’Agglo différents scénarios sur la base d’études technico-économiques poussées et en assurant le suivi durant toute l’opération.
Cet accompagnement, tout au long d’un projet, n’est pas rare pour SIO qui offre des compétences globales dans les domaines des fluides (CVC, VRD, CFO/CFA), de l’énergie et de la structure. «
En complément à l’ingénierie pure, nous avons aussi développé une expérience en tant qu’auditeurs sur le référentiel HQE, dans la construction et l’éco-gestion. Cela nous permet de bien connaître les 14 cibles de la certification et de les intégrer dans la conception des bâtiments dont nous avons la charge. Ces connaissances sont également utiles quand il s’agit d’affiner des solutions au moment de la phase sensible des travaux. Là encore, la réactivité et le recul du bureau d’études peuvent s’avérer déterminants pour résoudre, dans les délais, les divers problèmes qu’un chantier ne manque jamais de connaître, qu’il soit « vert » ou non ».

Propos recueillis pas Nils Bruder

09. juillet 2012 · Commentaires fermés sur CABINET LE PERRON · Catégories: Actualités, Aménagement, Architecture

Les 3 atouts de la construction-bois : des bâtiments peu énergivores, une organisation de chantier optimisée et l’essor d’une filière économique régionale 

« Il y a une culture locale à développer autour du bois de construction Catherine Le Perron, Architecte
L’utilisation du bois comme système constructif se développe ces dernières années, sous l’impulsion de professionnels convaincus de ses nombreux avantages. «
En France, nous assistons à un véritable engouement pour la construction-bois et le particulier comme le maître d’ouvrage public dispose de professionnels déjà largement rompus à cette technique constructive, assure Catherine Le Perron. Les bâtiments que nous avons réalisés avec nos cotraitants sont conçus pour offrir des performances dans la durée. Leur conception en bois a ainsi permis d’atteindre des objectifs de consommation réduite pour le chauffage (bâtiments basse consommation), tout comme un bilan carbone imbattable comparativement à tout autre mode constructif. Ce sont les premières raisons pour lesquelles le bois est adapté à une construction publique s’inscrivant déjà dans une volonté environnementale, comme cela était le cas pour l’extension de l’école maternelle G LeBail de Plozévet ».
Mais le bois offre aussi des atouts non négligeables en termes d’organisation et d’exécution du chantier grâce à une importante phase de préparation avant le démarrage des travaux (donc de maîtrise des délais et nuisances de chantier). «
Lors de cette étape préalable, des plans de chantier sont établis en intégrant les contraintes des différents corps de métier. Ces documents garantissent ensuite la bonne articulation des diverses interventions sur site. La préfabrication des éléments de charpente et des parois est aussi optimisée, car les artisans opèrent en atelier, à plat et au sec. Ce travail de précision, souvent mis à mal par les plannings durant un chantier traditionnel est primordial pour atteindre des objectifs énergétiques réglementaires de la rt 2012 comme la performance thermique de l’enveloppe ou l’étanchéité à l’air.
De plus, conforme à l’idée commune de chaleur apportée par ce matériaux, sur chacun de nos chantiers en ossature bois, cette notion de confort, de bien être, est immédiatement perceptible et fait systématiquement l’unanimité parmi les usagers. Mais tout charpentier menuisier doit être bien plus intarissable que moi sur ce sujet si vous l’interrogez! ».
Pour
Catherine Le Perron, l’essor de la construction-bois répond aussi à un enjeu économique, en favorisant le développement d’une filière régionale sinon hexagonale:
«
Les professionnels bretons du bois s’organisent depuis déjà de nombreuses années pour répondre à la demande locale. Il y a aussi une culture à développer autour de l’esthétique du bois dans la construction. Par exemple, un bardage en bois n’est pas un meuble brun ciré à la cire d’abeille; les essences de bois utilisées sont naturellement résistantes aux intempéries, sans aucun entretien dans le temps; il va griser avec le temps et se vêtir d’une belle patine aux effets moirés tantôt très doux sous le soleil, tantôt plus noueux sous la pluie retrouvant un peu de ses couleurs d’origine. Le bâtiment vit ».
Les anciens écoliers de Plozévet porteront sans doute ce nouveau regard sur le bois, à l’heure où ils construiront leur propre maison…

Propos recueillis par Nils Bruder


06. juin 2012 · Commentaires fermés sur AQUAGREEN · Catégories: Actualités, Aménagement, assainissement, Phytoépuration

Le choix d’une station de phytoépuration

L’assainissement par filtres plantés de macrophytes concilie efficacité, écologie, esthétique et économies

Pierre-Yves Le Deun, Gérant d’Aquagreen
En Bretagne, l’assainissement des eaux usées est une question capitale et des spécialistes, comme le bureau d’études Aquagreen, y apportent des réponses qui intègrent de plus en plus de procédés écologiques, comme les filtres plantés.
Un choix notamment retenu dans le cadre de la construction d’un lotissement à Landéda (10 lots). «
Au stade du permis de lotir, nous avons proposé à l’aménageur du nouveau quartier de comparer les coûts entre un assainissement individuel ou collectif, explique Pierre-Yves Le Deun. Et ce dernier s’est révélé deux à trois fois moins cher. Il a donc été décidé de concevoir une station de phytoépuration, ou assainissement par filtres plantés de macrophytes, sur une parcelle de 200 m2. Comme toujours, pour garantir le fonctionnement optimal de l’équipement, nous travaillons avec des installateurs agréés ».
Ce type d’aménagement, qui remplace le lagunage classique, permet également de prendre en compte les besoins des maisons individuelles et des hameaux isolés, avec la filière « jardin d’assainissement » d’Aquatiris, ainsi que des sites industriels. «
Il n’y a pas de limite, en termes d’application ».
Et le jardin d’assainissement devrait être appelé à se développer, pour le marché de l’assainissement non collectif. En effet, le 15 décembre dernier, il a été agréé par le Ministère de l’Écologie, après des tests réalisés par le CSTB. «
En reconnaissant l’efficience de notre système, l’agrément constitue une étape importante pour mieux le faire connaître. Il s’agit de l’aboutissement d’un travail mené par le réseau Aquatiris. Un regroupement de 35 bureaux d’études, dont cinq sont présents aux côtés d’Aquagreen, en Bretagne : Alter Ecoh, Aqualogik, Diabol’eau, Marielle Hébert et Niaouli. De quoi garantir flexibilité et proximité à nos clients ».

Propos recueillis par Nils Bruder
valeurenergiebretagne.fr


09. mai 2012 · Commentaires fermés sur OUEST’AM · Catégories: Actualités, Aménagement, Ecologie industrielle, Génie écologique


Ouest-Am’ apporte un conseil à des clients, parfois perdus face aux nouvelles dispositions réglementaires »

Le bureau d’études intervient sur le milieu naturel et l’aménagement durable, depuis 1978

Contact : Natacha Blanc-Marteau, PDG

 

Ouest-Am’ est un bureau d’études, implanté à Rennes – Le Rheu et Nantes – Saint Herblain, qui intervient sur deux axes d’activités : le milieu naturel et l’aménagement durable. Pour le milieu naturel et la biodiversité, le cabinet apporte une expertise pointue sur les missions d’inventaire ou de diagnostic (faune, flore, sol, eau, paysage), de réhabilitation de sites ou d’élaboration de plan de gestion.

Dans le domaine de l’aménagement durable, Ouest-Am’ dispose de spécialistes très expérimentés (urbanistes, architectes, paysagistes, spécialistes VRD, assainissement, ingénieurs en sciences de l’eau, etc.). « Grâce à cette équipe, nous assurons une intégration optimale des composantes naturelles au sein d’un projet d’aménagement, en réalisant à chaque fois un travail « à la carte » pour nous adapter au site, indique Natacha Blanc-Marteau ».

L’expertise des 40 collaborateurs du cabinet permet ainsi un pilotage d’un projet, depuis sa conception jusqu’à sa réalisation. Le client a un seul interlocuteur qui est le garant du résultat final. « Cette transversalité se concrétise, par exemple, dans notre mission sur la future LGV « Le Mans – Rennes ». En effet, après avoir réalisé les inventaires préalables, nous allons participer à l’élaboration des mesures compensatoires sur tout le corridor ».

En termes de clientèle, Ouest-Aménagement intervient aussi bien pour des collectivités locales que des privés (entreprises, lotisseurs,…) dans le quart nord-ouest de la France. « Il y a une prise de conscience chez ces acteurs de l’importance d’intégrer l’environnement dans leurs projets. Nous sommes donc en première ligne pour apporter un conseil attendu par des clients, parfois perdus face à toutes les nouvelles dispositions réglementaires à prendre en compte. A ce titre, nos métiers évoluent sans cesse. C’est pourquoi, il nous arrive régulièrement de faire appel à des compétences extérieures, comme pour des études thermiques ou sur le bruit ».

Propos recueillis par Nils Bruder

06. mars 2012 · Commentaires fermés sur EISENIA · Catégories: Actualités, Aménagement, Compostage · Tags:

Une ZAC bretonne de 350 logements réduira le poids de ses déchets, tout en améliorant son cadre de vie.

« Le compostage de proximité est le geste le plus fort pour une gestion durable des ordures ménagères »

Francis Colin, Gérant d’Eisenia

Aujourd’hui, le tiers des déchets incinérés ou enfouis est constitué de matières organiques qui pourraient se dégrader naturellement, grâce au compostage. « Il s’agit là du geste le plus fort pour une gestion durable des ordures ménagères, fait valoir Francis Colin. En effet, les avantages d’un compostage de proximité sont multiples : tout d’abord, on limite la quantité de déchets à traiter, ainsi que les émissions de polluants liées à leur transport. Ensuite, il y a un gain social, avec les usagers qui se rencontrent et se réapproprient des espaces communs, par ailleurs embellis par la valorisation du compost dans les espaces verts ».

Il n’est donc pas étonnant que des éco-quartiers intègrent de plus en plus ce procédé. Eisenia a ainsi chiffré et dimensionné une aire de compostage qui équipera une ZAC bretonne de 350 logements, lancée début 2012. « Tous les éco-quartiers devraient prévoir un tel équipement dans leur plan-masse, car il est intéressant de pouvoir intervenir très tôt sur ce type de projet. Les solutions techniques sont alors plus faciles à aborder, tout comme la dimension humaine, qui est notre cœur de métier, avec la sensibilisation et la formation des usagers. Dans ce cas précis, nous accompagnerons les acquéreurs, au fur et à mesure de leur arrivée ».

Bien entendu, le compostage ne se limite pas aux seuls éco-quartiers. « En lien avec les évolutions réglementaires favorisant les logiques de bio-traitement des déchets, nos multiples solutions s’adaptent à toutes les configurations : maison individuelle, collectif, école, foyer, supermarché, pépinière, etc. Nous pouvons aussi accompagner les collectivités locales pour intervenir auprès de leurs administrés. À ce titre, il existe des aides financières de l’ADEME, dans le cadre du Plan national de soutien au compost domestique ». Et quand on sait qu’une telle démarche peut éviter la construction d’un centre d’enfouissement ou d’un incinérateur, il semble opportun de s’y intéresser de plus près.

http://www.eisenia.coop

06. mars 2012 · Commentaires fermés sur LA SADIV · Catégories: Actualités, Aménagement · Tags: , , , ,

Comment intégrer l’exigence environnementale dans le cadre d’un projet d’aménagement ?

Entre prescription et pédagogie, la SADIV œuvre pour la réalisation de constructions durables sur ses opérations d’aménagement.

Olivier Corbière, Directeur de l’Aménagement de la SADIV

Créée en 2003 par le Département d’Ille-et-Vilaine, et soutenue par les collectivités et les acteurs économiques et financiers locaux, la SADIV mène une politique de développement durable, à travers ses opérations d’aménagement. « Une nouvelle ambition est née en 2007, précise Olivier Corbière, avec l’ajout d’un volet Environnemental au Cahier de Prescriptions Architecturales, Urbaines et Paysagères (CPAUPE), relatif à chacun de nos projets ».

 

Une fois adopté par le maître d’ouvrage de l’opération, ce CPAUPE permet un aménagement cohérent en devenant un document contractuel, intégrant des prescriptions et des recommandations. « Par exemple, nous réalisons une ZAC de 50 ha en extension du bourg de Saint-Gilles, sur laquelle les constructeurs doivent assurer 100 % du traitement des eaux pluviales à la parcelle. De plus, les 130 lots libres qu’il reste à commercialiser accueilleront des constructions dont la performance énergétique atteindra le BBC. Sur un autre projet, l’éco-quartier de Saint-Aubin-d’Aubigné, accueillera des logements groupés BBC destinés aux primo-accédants ».

 

Au-delà de ces exemples, la SADIV intègre de multiples cibles à sa démarche d’aménageur : densification du bâti, promotion de matériaux locaux, préservation des zones humides et des points de nidification, gestion des déchets, choix d’éclairage économe, réduction de la place réservée au stationnement privé, mise en place de chantiers verts, etc… « Autant de pistes qui nous ont permis d’intégrer à tous nos projets les objectifs de la Charte HQE Aménagement. Par ailleurs, nous avons signé des conventions avec l’Agence Locale de l’Energie qui prodigue des conseils aux particuliers en matière de réduction de la consommation d’énergie ».

 

Un travail de pédagogie essentiel lorsqu’on impose des aménagements et des modes constructifs durables. « Nous devons, par exemple, sensibiliser les acquéreurs qui ne comprennent pas toujours pourquoi on leur vend un terrain dépourvu de raccordement à un système d’assainissement pluvial collectif. En revanche, les élus locaux ont souvent un coup d’avance. Ils partagent fréquemment notre vision d’aménageur ».

www.sadiv.fr